CENTRE D'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE
Note d'intention   

Warning: Division by zero in /htdocs/public/www/projet.php on line 159

Warning: Division by zero in /htdocs/public/www/projet.php on line 159

Warning: Division by zero in /htdocs/public/www/projet.php on line 159

Warning: Division by zero in /htdocs/public/www/projet.php on line 159

Warning: Division by zero in /htdocs/public/www/projet.php on line 159

Warning: Division by zero in /htdocs/public/www/projet.php on line 159

Warning: Division by zero in /htdocs/public/www/projet.php on line 180

Warning: Division by zero in /htdocs/public/www/projet.php on line 180

Warning: Division by zero in /htdocs/public/www/projet.php on line 180

Warning: Division by zero in /htdocs/public/www/projet.php on line 180

Warning: Division by zero in /htdocs/public/www/projet.php on line 180

Warning: Division by zero in /htdocs/public/www/projet.php on line 180


 

EXTENSION RESTRUCTURATION DE L’ ANCIEN HOTEL SARCUS

VILLE DE NOGENT SUR OISE - MAITRE D'OUVRAGE
SAO – MANDATAIRE DU MAITRE D’ OUVRAGE

VINCENT FRANQUET ARCHITECTE

IPH – BET STRUCTURE FLUIDES THERMIQUE

ACAPELLA - ACOUSTICIEN

CENTRE D’ ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

AUDITORIUM 200 PLACES, HALL D’EXPOSITION, RESTAURANT, SALLES DE FORMATION, BUREAUX LOCATIFS

SHON EXTENSION 1 719 M2 – REHABILITATION 1 868 M2


CONCOURS SEPTEMBRE 2011 - PC MAI 2012 - DCE JUILLET 2012

 

L’architecture du projet repose sur 3 idées majeures :

- première idée : l’expression d’un traitement architectural affirmé, en lien à la fois avec l’enjeu régional et économique du Centre d’Affaires, et avec l’environnement arboré exceptionnel du Parc HEBERT.

- seconde idée : favoriser par la conception du pôle auditorium – hall – restaurant, la synergie, la convivialité et les rencontres entre les différents acteurs et visiteurs du Centre.

- troisième idée : une façade publique très ouverte au Sud, avec un hall traversant qui centre l’accès principal vers la perspective du Parc, dans l’axe des vestiges du château Renaissance le SARCUS .

LA VOLUMETRIE ET LE TRAITEMENT DES FACADES

La volumétrie des extensions en étage respecte le principe énoncé au programme de limitation en hauteur par un jeu de terrasses et de volumes en « escalier » en pignon Ouest de l’ancien hôtel, pour limiter l’impact visuel du bâtiment depuis les immeubles d’habitation R+5 au Nord.

L’extension est développée essentiellement en rez-de-chaussée, sous la forme d’un vaste socle qui confère l’unité au projet. Ce socle est couvert par une toiture terrasse végétalisée, étendue en auvent devant le hall, le restaurant et l’auditorium.

Le traitement des façades tend à donner une grande unité à l’ensemble composé du bâtiment existant et de l’extension. La même technique d’isolation par l’extérieur et les mêmes panneaux de façade en fibre ciment gris mat sont employés sur les 2 parties. La modénature particulière en « dent de scie » des façades de l’ancien hôtel est conservée, pour donner du relief et de la profondeur derrière les bandes vitrées horizontales, traits d’union entre l’existant et l’extension. Ces bandes vitrées ont un rôle à la fois de garde-corps devant les châssis vitrés des bureaux, et de protection solaire au Sud. Leur teinte « opale », ou blanc translucide contraste avec le gris en arrière plan des bardages et les vitrages semi réfléchissants des bureaux aux étages. Le résultat est un effet de profondeur de la façade et de reflets subtils, en écho avec la structure des grands arbres environnants et leurs effets d’ombres dans les feuillages.

Au rez-de-chaussée les matériaux dominants sont le vitrage et le bois.

L’auditorium est clairement exprimé comme un grand volume fermé, revêtu de bois tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, élément majeur du programme mis en évidence rue Ronsard et support mural des expositions dans le hall.

Au Nord l’ancien accès de l’hôtel, tourné vers un parking résidentiel rue Chateaubriand, est réduit à un accès de service et simplifié dans son expression en façade. La façade existante du rez-de-chaussée est restaurée dans son parement d’origine en pierre.

Au Sud un parvis s’étire devant la façade depuis la rue Ronsard, et se prolonge par la terrasse du restaurant. Ce parvis piéton est abrité par un large débord de toiture en porte à faux, qui protège à la fois le cheminement extérieur, le stationnement des cycles et l’excès d’ensoleillement des vitrages.

Le parvis est bordé de massifs de plantes tapissantes en transition avec les pelouses du Parc.

LE HALL est l’élément central du programme. Par son implantation, la facilité de ses accès, ses transparences et ses différentes ambiances intérieures, cet espace doit créer le lien entre toutes les activités et les différents publics du Centre d’Affaires de l’Economie Sociale et Solidaire.

L’accueil est le noyau central, avec l’ensemble banque d’accueil – bureau – vestiaire repéré par un sol plus sombre, des parements muraux en fibre ciment et un éclairage spécifique.

Une teinte similaire entre sol, murs et mobilier sur cet ensemble de l’accueil en font un objet central à l’expression plastique forte et facilement repérable.

Autour de ce noyau les transparences des façades et cloisons vitrées font communiquer directement le hall, le bar et le restaurant. Un espace « salon » est aménagé au Nord du hall, éclairé naturellement, lieu de convivialité en contrepoint du restaurant. Le mur de l’auditorium côté hall est aménagé comme support d’expositions avec un éclairage spécifique de projecteurs sur rail qui complète l’éclairage zénithal.

Le plafond, lisse et blanc en partie courante, est différencié sur le salon et au droit de l’exposition, en plaques de plâtre perforées acoustiques. La différenciation des espaces est également signifiée par les types d’éclairage, en mixant les types de lampes, avec une accentuation de la couleur plus chaude sur l’accueil et le salon, et un éclairage directionnel plus important sur les panneaux ou objets exposés.

LE RESTAURANT est en continuité directe du hall. L’espace accueil – bar est bien visible depuis l’accès aux étages, comme une invitation vers le restaurant pour les usagers des bureaux. La salle de restaurant, comme le hall, est de plain pied avec l’extérieur, point qui nous paraît important pour faciliter son accessibilité, sa relation avec le parvis et la terrasse. Cette implantation au niveau du terrain naturel permet aussi une continuité du volume du hall et du restaurant de 3.00 m sous plafond y compris sous l’extension des étages aux niveaux de l’ancien hôtel, ce qui n’aurait pas été possible avec un rez-de-chaussée rehaussé.

Le salon privé du restaurant peut être fermé par une cloison mobile. Les parements intérieurs en bois prolongent le bardage extérieur de façade pour caractériser cet espace réservé. La façade sud des 2 salles de restaurant s’ouvre sur la terrasse par de larges châssis vitrés coulissants. Un débord de la toiture d’une largeur de 2.20 m ainsi que des panneaux extérieurs en bois à claire voie coulissants protègent les vitrages.

L’aire de livraison du traiteur est masquée du parvis et du Parc par la façade pleine des locaux de stockage.

L’ AUDITORIUM, est conçu pour l’emploi des systèmes actuels de communication audio visuelle : vidéo projections, sonorisation… La régie face à l’écran, est doublée d’un tableau de commandes proches du tableau qui permet à un conférencier de piloter directement les différents scénarios d’éclairage, de sonorisation ou de projections.

Le plancher en gradins garantit une bonne visibilité des 220 places. Les gradins sont équipés de sièges rabattables et de tablettes fixes en bois, d’essence identique aux parements muraux. Ceux-ci sont composés de panneaux pleins plaqués en bois naturel et de panneaux acoustiques, réalisés en lattes de bois massif à claire voie sur un tissu tendu.

L’ambiance de l’auditorium est à la fois chaleureuse et soignée, par l’omni présence du bois en mobilier et parements muraux, la qualité des détails, de l’éclairage et du confort acoustique.

L’accessibilité des handicapés est prévue au niveau bas de plain pied avec le hall, par des tablettes amovibles qui peuvent libérer des places au premier rang et s’adapter aux fauteuils roulants, ainsi qu’au rang supérieur depuis l’étage accessible par ascenseur.

Le volume sous les gradins est exploité pour les locaux techniques et les sanitaires du hall.

LES BUREAUX DES ETAGES sont répartis conformément au programme en modifiant le moins possible la structure de l’ancien hôtel.

Le second œuvre est refait entièrement, avec des solutions qui concilient l’usage de bureaux locatifs, la rigueur du budget et la qualité environnementale.

Les menuiseries extérieures sont insérées dans les baies existantes non modifiées et protégées en allège par les bandes vitrées extérieures.

Les revêtements de sols s’intègrent dans une étude de couleurs d’ensemble, en particulier sur les parties communes, différenciée par niveaux. Dans les dégagements, la colorimétrie accentuée sur les menuiseries intérieures ainsi que le rythme d’éclairages différents en plafonds évitent l’uniformité et facilitent le repérage.

Les extensions des étages sont strictement de niveau avec les étages existants et s’ouvrent essentiellement au Sud vers le Parc. Une terrasse accessible depuis le niveau 3 permet de surplomber le Parc depuis un espace de détente.

LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE du projet peut être illustrée par quelques exemples :

- la gestion de l’énergie : l’un des points essentiels du projet, est particulièrement optimisée. La conception de l’enveloppe, avec la généralisation d’une isolation par l’extérieur performante, l’orientation Sud ainsi que la protection des vents dominants d’Ouest par le volume de l’auditorium limitent les déperditions.

Les équipements techniques jouent à la fois sur la récupération d’énergie par les systèmes de ventilation et sur l’optimisation du contrôle des consommations de chaque secteur par la régulation.

- l’utilisation du bois, matière première renouvelable, sur l’ensemble du projet : en bardage, en menuiseries intérieures, en agencement et mobilier de l’auditorium...

- la végétalisation des toitures terrasses, outre l’amélioration du cadre de travail depuis les bureaux des étages,  limite les débits d’eaux pluviales sur le réseau d’assainissement, améliore l’inertie thermique des toitures ainsi que le confort d’été.